Comment bien choisir un couteau Santoku ? - Fackelmann France

Comment bien choisir un couteau Santoku ?

Le couteau Santoku est un couteau à légumes japonais. C’est un couteau oriental dont le nom signifie littéralement « les trois vertus » mais que l’on peut aussi traduire par « les trois usages ». Et il porte bien son nom, puisque le couteau Santoku est aussi bien conçu pour la découpe de la viande, que du poisson et des légumes.

Quels sont les avantages et les inconvénients du couteau Santoku ?

Son premier avantage est sa polyvalence. Vous n’avez pas besoin de changer de couteau pour trancher, émincer et hacher vos aliments. C’est non seulement pratique lors de la préparation de recette élaborée mais aussi un réel gain de place dans vos tiroirs.

De plus, le couteau Santoku excelle également dans les tâches qui nécessitent des coupes précises et de l’agilité. Vous pouvez retirer des arrêtes sans abîmer la chair des poissons, hacher finement de la ciboulette, etc.

Son dernier avantage est sa lame bien spécifique, avec des creux, spécialement adaptée pour les légumes durs et humides. Mais aussi, la reconnaissance de l’acier japonais comme d’un des plus célèbres et qualitatifs.

Concernant les inconvénients du couteau Santoku, ils sont peu nombreux mais non négligeables. Il faut un peu d’entraînement et de pratique pour gérer parfaitement le couteau et l’utiliser efficacement. Le mouvement de la coupe doit toujours être effectué de haut en bas. Enfin, il peut être difficile d’usage lors de la coupe d’aliments volumineux et durs.

Quelles sont les spécificités de la lame du couteau Santoku ?

La lame du couteau Santoku est alvéolée afin que les aliments ne collent pas à la lame. Sa longueur peut varier de 13 centimètres à 20 centimètres. La largeur de la lame quant à elle est avantageuse afin de trancher et de rassembler les ingrédients coupés. Elle est en générale plutôt lisse, les alvéoles permettent à l’ai de passer et de réduire la friction pour une coupe régulière et bien nette. Comme la plupart des couteaux japonais, la lame des couteaux Santoku est composée d’un acier très fin et dur. Vous pouvez aussi en trouver en céramique mais elles sont plus fragiles.

Comment utiliser un couteau Santoku ?

L’utilisation de ce couteau est un peu spécifique quoique très simple. Il suffit de tenir le couteau fermement par le manche et de garder son poignet souple. Un mouvement fluide est le secret d’une découpe nette. Le couteau Santoku est, de plus, souvent utilisé comme une pagaie afin de récupérer les aliments coupés. Sa courbure délicate, moins prononcée que celle des autres couteaux, permet de facilement récupérer les morceaux d’aliments.

Quels sont les critères d’achat pour choisir un couteau Santoku performant ?

Matériau de la lame : La qualité d’un couteau est nécessairement déterminée par la qualité de sa lame. Concernant le couteau Santoku, la lame doit être lourde et très tranchante. Elle peut aussi bien être en acier inoxydable, en acier carbone qu’en céramique. Les plus courantes sont celles en acier inoxydable, populaires pour leur résistance à la corrosion et leur tranchant assez durable. Si une lame en acier carbone est plus durable qu’une lame en acier inoxydable, elle reste néanmoins beaucoup plus complexe à entretenir. Quel que soit le type d’acier choisi, il sera important d’aiguiser régulièrement votre couteau pour conserver son tranchant. Retenez que plus l’acier est dur, plus la lame restera affûtée longtemps. Dans le même ordre d’idée, plus votre couteau est lourd, moins vous aurez besoin de force pour trancher vos aliments. Il doit cependant rester tout à fait maniable, vous devez donc choisir le poids qui vous convient. Enfin, la céramique est spécialement reconnue pour son efficacité et son tranchant. Si elle ne risque pas de rouiller, elle nécessite tout de même du soin lors que son usage. En effet, la céramique est bien plus fragile que les différents aciers, elle n’est pas adaptée pour couper des aliments durs (viande avec os, légumes coriaces telles que les courges, etc.). Son grand avantage reste non négligeable : une lame en céramique n’a pas besoin d’être souvent affûtée.

Taille de la lame : Pour faciliter la découpe de vos aliments, retenez que la lame doit être proportionnelle à la taille des aliments à couper. Vous trouverez différentes tailles de lames, vous pouvez soit choisir de vous équiper de couteaux avec des lames de tailles diverses ou alors opter pour un couteau adapté aux aliments que vous coupez le plus souvent. Dans l’idéal, la lame ne doit faire qu’un avec le manche, cela permet d’avoir un couteau plus solide et durable.

Pour résumer, quelles sont les caractéristiques principales d’un couteau Santoku ?

  • Originaire du Japon.
  • Lame plus fine qu’un couteau lambda pour une coupe plus raffinée.
  • Peut être à simple ou double biseau (traditionnellement, simple biseau).
  • Équilibre entre le poids de la lame et du manche.
  • Taille comprise entre 13 cm et 20 cm.
  • Idéal pour découper de la viande et du poisson, couper du fromage à pâte dure, hacher de la viande ou des herbes, trancher finement des légumes.
Des centaines de produits pour votre cuisine et votre maison à découvrir

Un monde de collections

Présentation des recettes
1 sur